Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

************************************************************************

 

 

 

Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL

« A l'Espace des Arts du Boulou, il y a quelque chose de pas banal et de qualité à découvrir jusqu'au 5 mai midi avec Brigitte Cailleau et Nathalie Maurel. On y joue à la marelle... et on y laisse ses vêtements !

Deux volets dans l'exposition de Brigitte Cailleau. Celui de la peinture, que l'on peut qualifier de paysage, présentée en deux salles, au rez-de-chaussée et au premier étage. La peinture autour du jeu de la marelle, sans doute jeu d'enfant mais qui occupe aussi de grandes personnes. En pénétrant dans l'EDA, le visiteur ne peut manquer de voir une marelle dessinée à même le sol. Ce dessin, en fait, n'est qu'une pièce d'un dispositif d'installation qui en réunit quatre. De part et d'autre du dessin au sol, comme des appliques murales, deux séries d'objets : quatre sur 1 mur, dix sur le mur d’en face. La quatrième pièce étant une vidéo-projection d'images de marelles (ni tout à fait les mêmes ni tout à fait autres) dans d'autres pays et cultures. Habile façon d'universaliser ce jeu d'enfant. Efficace dispositif pour enchaîner aussitôt chez le visiteur émotion de surprise et émotion de nostalgie et susciter chez certain.e.s  l'élan du cloche-pied et du pousse caillou.

Mais gare, la marelle n'est pas qu'un prétexte thématique. La marelle fait partie du jardin secret de Brigitte Cailleau et de ses souvenirs. Elle ne lui offre pas seulement par sa structure géométrique une modalité d'organisation de l’exposition, mais nous dit comment il peut lui arriver de travailler sur la mémoire et la vie. Si les deux séries en vis-à-vis sont d'échelles différentes, leur élaboration est identique. Elle articule la partie et le tout. Elle joue de la fragmentation et du regroupement. Par assemblage, construction à partir d'une unité ("case", "carreau"), qui est un tableautin. Si le support (matière et format) est le même, ce n'est point le cas de ce qui est représenté. Jamais la répétition d'une même vue. Hétérogénéité des images, diversité de réminiscences, instantanés... Notes de vie, pages de carnet d'artiste. Elle passe de la "case" au "carreau". Puis la peinture achevée, de l'horizontal au vertical. Des images subjectives. Sensations, surprises, mélancolies, nostalgies, pertes et bonheurs aussi. Brigitte Cailleau  nous convie à "lire"  des moments  de grâce ou de fragilité d'une biographie émotionnelle, d'un parcours mémoriel. 

En appelant ses pièces des "vues", Brigitte Cailleau nous égare peut-être un peu dans le domaine de la photographie. Surtout dans le deuxième volet de son exposition, où nous nous trouvons face à des compositions picturales classiques (peintures à l'huile sur médium), relevant nettement du genre paysage, même si l'artiste y semble prendre ses distances avec les désignations naturalistes strictes pour s'occuper d'atmosphères et de climats, d'eaux tranquilles, de cieux tourmentés, de soleils matinaux, de soirs blafards. En effet, les identités botaniques, minérales ou sociales passant au deuxième ou troisième plan. Nous ne sommes pas pour autant confrontés à un parfait noman’s land. La campagne y est présente, dominante (adulée même) mais traitée de façon épurée, topographique, en lignes et plans, par la courbe d'une colline, ou la ligne droite de l'horizon. La figuration de la vie humaine y est ramenée, par la vertu du pinceau étalant et neutralisant, à une portion congrue: silhouette humaine sur un tracé vicinal, trois pieux plantés au bord de l'eau, grange des champs, clocher de village... et grand rouleau de paille qui souligne une campagne tout de même habitée. Des éléments disséminés d'une toile à l'autre qui n'apparaissent pas en nombre sur une seule toile. Chacune se montrant économe en signes décoratifs, il importe de l'appréhender par regroupements de toiles (exemple: en triptyques), toutes de format carré.

Ce qui, dans la campagne (dans le paysage qui est ce que notre expérience sensorielle filtre de la campagne) paraît le plus intéresser Brigitte Cailleau, c'est une déperdition du concret (point de coquelicots par exemple comme chez Monet), et la présence d'un irréalité, nous donnant à voir ce qu'elle nomme "vues" - de son Gers natal, de cette Catalogne où elle vit, ou d'un pays étranger où elle n'ira sans doute jamais. Certaines d'entre elles, de par leur facture (par leur résille graphique ou par leurs spatialités et densités chromatiques) viennent au-devant de notre regard et d'autres, dont la facture est plus apaisée (en fonction de la saison du coeur ou de l'année), espèrent que notre regard fera le premier pas et se rapprochera pour les visiter et y repérer des petits trésors qui y sont dissimulés. Brigitte Cailleau se plaît à peindre - pour se comprendre et se dépasser et, comme en plus elle nous touche par ses échelles de couleur que David Hockney ne désavouerait pas et par son talent nuagiste, comment ne pas la remercier et la suivre ? Brigitte Cailleau dont la présence sur les cimaises d'ici et d'ailleurs est bien trop rare, est cependant l'une des artistes les plus constantes et réfléchies de la région.

On ne saurait passer sous silence en cohabitation à l'EDA avec Brigitte Cailleau, le travail de Nathalie Maurel faisant ses premiers pas dans les galeries. Elle présente un double travail, d'une part de sculpture, travaillant des figurines seules ou en couple, en lutte plus ou moins héroïque et douloureuse avec la société et son cadre rigide, formateur. Et une installation qui envoie à la figure du visiteur une image de l'abandon, du déracinement, d'un chemin d'exil et d’une hutte igloo recouverte de vêtements, usagés ou en lambeaux, qui parlent des absents qui les ont portés et de la rudesse de nos temps ».  J.Q

Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
l'Indépendant 12 avril (les artistes, la responsable EDA et l'élu)

l'Indépendant 12 avril (les artistes, la responsable EDA et l'élu)

VERNISSAGE 6 AVRIL (photos: Christian Erre)

VERNISSAGE 6 AVRIL (photos: Christian Erre)

Ysabelle Erre-Serra pour l'EDA, 6 avril 2018

Ysabelle Erre-Serra pour l'EDA, 6 avril 2018

Nathalie Cailleau-Maurel et Brigitte Cailleau

Nathalie Cailleau-Maurel et Brigitte Cailleau

Au petit bonheur du 6 avril 2018

 

"A l'orée du printemps, les peintres se montrent. Il en est profusion mais aucune loi n'oblige à parler de tous. Et vivent les préférences ! Des miennes, j'en ai fait un bouquet pour ce prochain 6 avril 2018 (...) Je pars en cueillette à... Bages, Céret, Le Boulou, Perpignan. 

 

LE BOULOU. Quand Casanova, fuyard d'Espagne, s'y arrêta pour déjeuner, quand Sirine, le futur Wladimir Nabokov y déposa sa valise pour chasser le papillon avant de déguerpir parce que, une fille du pays, la tramontane, envoyât paître ses filets, quand Dominique Fernandez, le grand amoureux de Vienne et de Séville, préférant les bords du Tech, à ceux du Danube ou du Quadalquivir, s'y met au vert, la cité imaginait-elle qu'elle pourrait se doter d'un Espace des Arts, cet E.D.A. qui depuis des années maintenant s'est rangé du côté de l'exposition-promotion d'un art de qualité, qu'il soit du cru ou pas. Et, ce 6 avril, quoi ? Salles et cimaises au service d'une artiste peu connue qui mérite d'être connue -ce n'est pas une formule facile ni un cachet marketing. Un artiste qui se montre et qui se cache, dont on ne sait à vrai dire si c'est la lune ou le soleil qui l'éclipse. Une artiste qui ne parade pas, qui n'attend pas la louange...mais qui nous retient quand elle se livre à corps et coeur nus, qu'elle expérimente, qu'elle revendique. C'est BRIGITTE CAILLEAU. Un peintre avec des secrets de communication. Créative et pédagogique. Elle partage son lieu d'exposition avec NATHALIE MAUREL. Vernissage à 18 h. Exposition visible E.D.A, rue des écoles, jusqu'au 5 mai".

 

 

cliquer sur l'image pour l'agrandir

cliquer sur l'image pour l'agrandir

Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
Brigitte CAILLEAU  / Nathalie MAUREL
ULIS / Ecole Primaire Le Boulou

ULIS / Ecole Primaire Le Boulou

Partager cette page

Repost0
Published by "espace des arts"

Présentation

  • : le blog de l'espace des arts
  • : L'espace des arts est une galerie municipale qui accueille à l'année toute forme d'expression plastique. Vitrine ou portail de l'art actuel (à travers la peinture, la photographie, la sculpture, etc), elle a pour ambition de proposer gratuitement au public des expositions de qualité en permettant aux artistes de présenter un large éventail de leur travail.
  • Contact

Artistes Eda